Vous êtes ici
Accueil > L'Actualité des Français > “J’ai énormément appris en summer league” David Michineau

“J’ai énormément appris en summer league” David Michineau

David Michineau - Frenchi - Los Angeles Clippers

Le jeune français a été drafté en 39th Pick de cette cuvée 2016 par les Pelicans, directement envoyé aux Clippers…

L’ancien joueur de l’Elan Chalon n’est pas le seul à avoir fait le chemin jusqu’en NBA, le Suisse Thabo Sefolosha, Clint Capela et même Joffrey Lauvergne sont passés dans ce club.

 

Etais-tu frustré l’année dernière de te retrouver en backup d’un meneur américain, un bon, John Robertson, et de n’avoir que 14 minutes par match pour t’exprimer ?

Frustré, non, car j’ai appris de cet Américain, et puis on avait une bonne équipe et on a fait une bonne saison (Ndlr : Chalon s’est qualifié pour les demi-finales de l’EuroChallenge, la C3 européenne). C’est vrai que j’aurais aimé avoir plus de responsabilités, de temps de jeu mais ça vient avec le temps.

C’est le camp de Trévise qui t’a permis de te montrer au niveau international ?

Oui car c’est sur trois jours et il y a plein de scouts NBA, de coaches européens, de partout. J’ai fait huit matches en tout. Déjà, pendant l’année des scouts sont venus à nos matches, à Mathias (Lessort), Axel (Bouteille) et moi, et même si mon agent ne me l’a pas dit tout de suite, je crois que j’avais déjà quelques propositions de workouts. Le camp de Trévise n’a fait que confirmer, j’en ai eu d’autres.

Etais-tu présent au Barclays Center de Brooklyn pour la cérémonie de la draft ?

Non, j’étais à Dallas et je l’ai regardée à la télé avec Clint Capela, Vincent Poirier (Paris-Levallois) et Rodrigue Beaubois (ex-Strasbourg, cette saison à Vitoria). C’est vrai que je n’étais pas spécialement attendu mais Bouna et moi on était confiants, on avait fait ce qu’il fallait pour que ça arrive.

Ensuite, tu as fait la summer league d’Orlando avec les Clippers. Il y a une concurrence phénoménale pour les meneurs, c’était un peu la guerre ?

Il ne faut pas trop y penser, et se contenter de répondre aux attentes du coach. C’était complètement nouveau pour moi d’avoir des responsabilités comme ça. La transition a été un peu difficile mais quelle expérience!, j’ai appris énormément là-bas et je sais que ça va me servir pour la suite.

27 minutes de temps de jeu pour 8,2 pts et 4,2 pds de moyenne, c’est énorme pour quelqu’un qui n’avait qu’un rôle secondaire en France ?

Je n’avais pas l’habitude de ça ! (Rires) En face les meneurs avaient du talent mais on a aussi de très bons joueurs en France et en Europe, que ce soit Américains et Français, ça revient un peu au même. Après, c’est vrai que le jeu est un peu différent en summer league, tout le monde essaye de se montrer, mais le niveau ne m’a pas impressionné. Moi, je suis un meneur de jeu et j’essaye de progresser sur le fait de rendre mes coéquipiers meilleurs. C’est là où je dois m’affirmer, me mettre en valeur et aussi montrer que je peux contrôler une équipe.

Sur le site de ton nouveau club, le HTV, ton coach Kyle Milling dit que tu as des qualités athlétiques, la « longueur », l’intelligence et qu’en plus tu es fort mentalement. Et tes faiblesses, quelles sont-elles ?

Mon shoot à trois-points et même à mi-distance. Je dois gagner en constance. Ça va venir avec le travail. Mais dans ma tête j’essaye de me dire « tu n’as pas de faiblesses » (rires). Comme je le disais, je dois progresser dans la gestion de l’équipe, être le patron sur le terrain. Ça va venir avec le temps de jeu, l’expérience. C’est ce qui m’a manqué à la summer league.

Laisser un commentaire

Top