Vous êtes ici
Accueil > L'Actualité des Français > « Le gâchis, la honte… » les mots forts de Nicolas Batum après les Jeux Olympiques

« Le gâchis, la honte… » les mots forts de Nicolas Batum après les Jeux Olympiques

nicolas batum - equipe de france - jeux olympique rio 2016

Une nouvelle fois, et plus que jamais, Nicolas Batum s’est effondré en compétition internationale malgré une saison très solide avec les Charlotte Hornets, qui lui a valu le plus gros contrat d’un sportif français soit 120 millions sur 5 ans.

En effet, les Français ont échoué avec un manque d’envie sur le terrain, ce n’est pas du tout comme ça qu’on voulait voir sortir le grand Tony Parker, ainsi que Mike Gelabale et Flo Piétrus.

« Cela a été peut-être ma pire compétition en huit ans » 

Nico explique qu’il obéit « bêtement » aux consignes des coachs :

“Cela a été peut-être ma pire compétition en huit ans” lance-t-il, avant de revenir sur son rôle en Equipe de France. “Depuis que je suis dans le basket pro, j’obéis presque bêtement au rôle qu’on me donne. Quand j’étais au Mans, Vincent (Collet) m’a dit de faire ça, je l’ai fait. Quand je suis arrivé à Portland, on m’a dit : “Tu te tais, tu défends, tu es dans le coin”, je l’ai fait pendant trois ans. Quand je suis arrivé à Charlotte, Steve Clifford (l’entraîneur des Hornets) m’a dit : “Maintenant, je veux que tu sois ça !” Et j’ai fait ça.”

Le rôle de Batman était bouché en équipe de France avec Parker et De Colo à la création dans le 5 de départ :

“Quand je suis arrivé en 2009, on m’a dit : “Nico, tu es lieutenant de Tony (Parker), tu es deuxième option offensive “, j’ai fait ça. Mais depuis deux ans, il y a eu un remaniement du cinq (majeur) et l’explosion de Nando (De Colo). Ce n’est surtout pas contre Nando, hein ! Depuis trois ans, je n’arrête pas de dire que c’est mon joueur préféré et qu’il mérite d’être là-haut. Le mec, il a pris tous les trophées individuels et collectifs en Europe cette année !”

Nicolas s’est enfermé une semaine chez lui en étant coupé du monde pour réfléchir à ce qu’il s’était passé pendant les JO de Rio.

Il finira l’interview de l’Equipe avec quand même une touche d’humour :

« Moi, je vois un mec à 120 millions de dollars faire ça, je suis le premier à l’insulter ! »

Laisser un commentaire

Top